LE JOUR DE L’ITALIENNE

CREATION COLLECTIVE COMPAGNIE EULALIE  .  MISE EN SCENE DE SOPHIE LECARPENTIER

Une troupe de théâtre répète L’épreuve de Marivaux : indiscrétions, pudeurs et vraies confidences sont les maîtres mots de cette invitation dans les coulisses des répétitions. Drôle et poétique, l’autodérision côtoie subtilement les affres de la création.
Le jour de l’italienne est un spectacle-confidence. Entre murmures et éclats de rire, une troupe de théâtre nous invite dans son alcôve et nous fait entrer dans le secret de la fabrication d’un spectacle. Comédiens, metteur en scène, techniciens s’affairent : ils répètent L’épreuve de Marivaux. Pudeurs, audaces et premiers pas, tentatives, doutes et complicité des acteurs qui cheminent, des techniciens qui inventent, du metteur en scène qui cadre et oriente. Le temps se dilate, se condense, pour finalement converger vers ce qui les unit : le spectacle à venir. Le temps des répétitions est aussi, à l’image de la pièce, le lieu de la révélation : la peur et l’urgence dévoilent les êtres et le marivaudage envahit les coulisses. Qui est qui ? Qui fait quoi ? Qui veut qui ? Qui veut quoi ?
On se prend à douter de ce qui est écrit ou improvisé. Ça pourrait ressembler à une répétition publique, mais là encore : illusion et apparence. Car tout est écrit. On pourrait titrer «Théâtre : Mode d’emploi»… On a préféré un hommage au film de François Truffaut «La Nuit Américaine»Le Jour de l’Italienne.

TÉLÉCHARGER LE DOSSIER ARTISTIQUE

Création mai 2007  à l’Espace Philippe-Auguste de Vernon

EQUIPE
Acteurs -Auteurs: Xavier Clion , Vanessa Koutseff, Sophie Lecarpentier, Solveig Maupu, Alix Poisson, Emmanuel Noblet, Julien Saada

Puis au fil des saisons:  Volodia Serre, Lucie Chabaudie, Fréderic Cherboeuf, Anne Saubost, Alexandrine Serre, Hélène Francisci, Stéphane Brel, Benoît Marchand, Arnaud Perel

Création lumière | Luc Muscillo et Emmanuel Noblet
Création sonore | Sébastien Trouvé
Scénographie | Hélène Lecarpentier
Costumes | Solveig Maupu
Administration de productionMaëlle Grange

Puis: Régie générale et lumière | Luc Muscillo / Gaëtan Lajoye
Régie son | Sébastien Trouvé puis Tom Menigault  et Virgine Helary

Production | Compagnie Eulalie – Avec le soutien de | Conseil Régional de Haute-Normandie – Le festival du Mot de La Charité-sur-Loire
Remerciements à Lacoste pour les costumes

Durée | 1h20 (sans entracte)


Le jour de I’italienne – extraits au festival Avignon Off 2007

 

EXTRAITS DE PRESSE


FRANCE INTER  Le Masque et le Plume  
10 mai 09

  •   Jacques Nerson « C’est une petite forme parfaite. C’est extrêmement difficile ce qui se passe parce que montrer des comédiens en train de travailler ça prête très facilement à la caricature : comment montrer, quand on est comédien, un comédien encore un peu mauvais, encore un peu hésitant, comment montrer ses progrès, comment montrer qu’à un moment donné il commence à jouer ? C’est extrêmement subtil, en réalité, ce spectacle. […] On sort de là, on a qu’une envie c’est de voir le spectacle, qu’ils ont créé, parce qu’ils ont vraiment créé le spectacle, on le sent, il y a un spectacle derrière, il y a l’Epreuve de Marivaux qui existe. C’est très très joli, très tendre sur le monde du théâtre, très tendre sur Marivaux. C’est une déclaration d’amour au théâtre. Les comédiens sont formidables. C’est formidable, avec pas mal d’humour parce qu’en même temps les comédiens se moquent d’eux même, de leur égocentrisme et c’est pas caricatural. C’est subtil, c’est très très joli, c’est un bijou ce spectacle.
  •   Gilles Costaz « Je suis d’accord avec Jacques Nerson. Parce que, je crois, qui si on veut vraiment comprendre le mécanisme du théâtre et de la fabrication d’un spectacle, y a pas plus beau que ce spectacle là, c’est vraiment d’une justesse sur la recherche de la traduction par les acteurs, par le corps, pas le décor, par les costumes, de ce que peut-être une œuvre qui, au départ, n’est que des mots, des répliques. C’est absolument merveilleux. »
  •  Armelle Héliot « Sophie Lecarpentier est une jeune artiste dont j’aime beaucoup le travail. Tout a été dit sur la joliesse et le caractère délicieux de tout ça, l’amour du théâtre que tout cela manifeste, la manière formidable dont elle dirige ses camarades et comment ses camarades sont investis dans tout ça mais elle se moque aussi d’elle-même et c’est ça qui est merveilleux. Tout le monde est embarqué dans le même bateau de l’amour du théâtre. C’est vraiment une bulle de savon irisée magnifique »
  • Charlotte Lipinska «  J’ai partagé totalement le plaisir de mes camarades et surtout ce que je trouve très fort avec ce spectacle, c’est que sous son apparente légèreté — parce que c’est quand même très drôle, extrêmement accessible, il y avait des gens de tout âge quand j’y suis allée,— c’est que, sous cette petite légèreté, en fait, c’est extrêmement subtil, très fin, c’est-à-dire qu’elle ne cède pas du tout à la facilité que l’exercice pouvait susciter, c’est-à-dire de montrer des répétitions qui vireraient à la catastrophe, aux engueulades, eux incompréhensions, de manière caricaturale, tout est très fin, tout est juste souligné. Il y a énormément de clin d’œil Truffaut avec La nuit américaine, carrément des petites répliques piquées au film deci delà. Je trouve que ce spectacle devrait être imposé par l’éducation nationale. Avant d’étudier Marivaux aller voir ce spectacle. »

 

 TELERAMA Semaine du 13 au 19 mai 09
«  Pour découvrir l’envers du décor, les secrets de fabrication du théâtre, il faut voir ce « Jour de l’italienne » : une création collective très enlevée, pleine de charme, de justesse et d’autodérision sur les deux mois de travail qui précèdent la création d’un spectacle. […] Le spectacle conçu par Sophie Lecarpentier nous rend complices du travail en train de se faire. C’est une manière subtile, fraîche, très vivante de rentrer dans les arcanes du métier, là où la cuisine se concocte autour d’un projet vraiment collectif avec des matériaux humains fragiles et inventifs. »

A NOUS PARIS   29 juin 09
«  Sophie Lecarpentier nous place aux premières loges de ce joli morceau de comédie humaine, frais et rapide comme un cartoon ! On savoure la mise en scène jouant sur l’humour et la sincérité des comédiens. Le spectacle tire tout son suc de la langue de Marivaux et des répliques piquantes de ce « work in progress » railleur. A la sortie, vous ferez partie de cette haute cour pour qui le théâtre n’est plus une langue morte ou une religion, mais un terrain de jeux aux infinies possibilités, voire une planche de salut. »

 LE FIGAROSCOPE Armelle Héliot   29 avril 09
« Sophie Lecarpentier est une artiste dont on aime depuis longtemps la finesse et la sensibilité. Avec neuf de ses camarades (certains en alternance, tous doués), elle nous offre un spectacle vif et enjoué qui est une célébration merveilleuse, brillante, et drôle de l’art du jeu. Ici, comme dans Marivaux que l’on répète, l’amour, le hasard, la jalousie, les mensonges calculés et les aveux trop spontanés ont des irisations de pluie d’été. C’est superbe. Plein de grâce et d’esprit. Et si enlevé !» 

PARISCOPE  Marie-Céline Nivière   29 avril 09
Cela ne fait pas boutique, genre les acteurs parlent aux acteurs ! Bien au contraire, c’est une porte ouverte sur cet art merveilleux qu’est le théâtre. Il vous suffit d’entrer. On apprend plein des choses, qui vont de la première prise de contact à la première représentation. Entre ces deux premières, des questions, de la recherche, des réflexions, des doutes, des engueulades, des joies, des éclats de rire. On entend le texte de Marivaux, d’abord à plat, puis prenant, au fil du travail, de la consistance. Bravo. […] Avec humour, distance et beaucoup d’amour, ils nous livrent ces belles confidences sur leur métier.

LE CANARD ENCHAINE Bernard Thomas   juillet 09
« Le jour de l’italienne (Molto grazioso). Ce qu’il y a de charmant dans cette affaire-là, c’est de voir un septuor à peine trentenaire s’attaquer avec tendresse et compétence à Marivaux, trublion à peine plus âgé qu’eux (…) cette ultime italienne est émouvante, agitée, fertile en imprévus. A travers quels tâtonnements se fabrique le miracle qui mue depuis tant de siècles l’artifice en réalité et cloue le spectateur à son fauteuil lorsque l’alchimie, comme ici, fonctionne ? »

 

EN  TOURNEE de 2006 à 2014

DEVILLE LES ROUEN | TOULOUSE |  RAMBOUILLET (78) | CHATILLON-SUR-SEINE (21) | DOURDAN (91) | NANCY (54) | LE-PERREUX-SUR-MARNE (94) | GARCHES (92) | VANNES (56) | BIARRITZ (64) | PIERREFITTE (93) | CARRIERES-SOUS-POISSY (78) | BELFORT (90) | TULLE (19) | ANGOULEME (16) | RUELLE (16) | SURESNES (91) | MARMANDE (47) | ERMONT (95) | MACON (71) | THONON-LES-BAINS (74) | PONTCHARRA (38) |MOUSCRON (Belgique) | SAINT-PRIEST (69) | MORLAIX (29) | CHARTRES (28) | MAISONS-ALFORT (94) | EPERNAY (51) | ERMENONVILLE (60) | NOUMEA (Nouvelle Calédonie) | MONTBELIARD (25) | LE BOURGET DU LAC (73) | ROANNE(42) | MONTELIMAR (26) | VOIRON (38) | JOUY-LE-MOUTIER (95) | MAUBEUGE (59) | NEUILLY-SUR-SEINE (92) | SELESTAT (64) | BONNEUIL-SUR-MARNE (94) | LE BOUSCAT (33) |HERBLAY (95) | VILLEFRANCHE-DE-ROUERGUE (12) | TOURNON-SUR-RHONE (26) | CROSNES (91) | BOULOGNE-BILLANCOURT (91) | BLOIS (41) |
PARIS – Théâtre 13 | Théâtre 13 – 36 représentations/ Théâtre de l’œuvre – 60 représentations | VERNON (27) | ANGAIS (64) |AVIGNON (83) – Théâtre de La Luna – festival off RUEIL-MALMAISON (92) | BETHUNE (62) EU (76) | CANNES (06) |

COMPAGNIE EULALIE
SOPHIE LECARPENTIER

Contact

Social