SOPHIE LECARPENTIER

SOPHIE LECARPENTIER

METTEUR EN SCENE  –  AUTEUR – ACCESSOIRISTE – COLLABORATRICE ARTISTIQUE

Après des études de Lettres — Hypokhâgne, khâgne, DEA sur le langage dramatique de Beaumarchais (publié chez Nizet) — et une formation au Conservatoire d’Art dramatique de Rouen, en 1996, elle crée, la Compagnie Eulalie en Normandie. Depuis son origine, la Compagnie Eulalie trouve sa spécificité dans une recherche sur la langue française et sa musicalité, associée à un ancrage profond dans le réel. Oscillant librement entre humour et gravité, pièces ludiques et textes engagés, proches du théâtre documentaire, Sophie met en scène Beaumarchais, Nathalie Sarraute, Marivaux, Vincent Delerm, Marc Delaruelle, Dieudonné Niangouna, Gérard Watkins, Catherine Anne… Elle adapte et écrit deux pièces à quatre mains avec son partenaire artistique Frédéric CherboeufToo much Fight (derrière les murs), et La plus haute des solitudes (d’après Tahar Ben Jelloun) et initie un travail de troupe avec un collectif d’acteurs et techniciens qui donnera lieu à un spectacle sur les coulisses du théâtre : Le Jour de l’Italienne, puis à une adaptation de Flaubert, Nos éducations sentimentales

Par ailleurs elle poursuit un parcours de collaborations artistiques avec Luc Bondy, Yasmina Reza mais aussi Edouard Baer, Jean-Pierre Vincent, Louis-Do de Lencquesaing, Michèle Kokosowski, Philippe Châtel, ou Jean Dautremay.  Elle participe régulièrement au Festival du Mot de la Charité-sur-Loire, et mène des résidences artistiques à l’étranger : aux Centres Culturels Français de Kinshasa et de Brazzaville (Congos), puis dans les prisons pour enfants de Roumanie avec Christian Benedetti.

Depuis quelques années, avec Vanessa Koutseff, dans des théâtres en Bretagne, en Normandie, à Paris, elle invente des objets théâtraux singuliers: des pièces écrites et construites après des moments d’immersion au contact d’adolescents, d’enfants ou de seniors, qui proposent un regard sur leurs visions de la société.

Ce spectacle-performance, Qu’y a-t-il à présent?  se réinvente dans chaque lieu, chaque théâtre, avec chaque groupe, afin de donner à chaque âge la parole scénique qui lui est propre.

Par ailleurs après une année de formation au CFPTS, en 2019, elle obtient son CAP d’accessoiriste réalisateur avec mention, ce qui lui permet de diversifier son activité.

Mises en scène
2017-2018 Nos éducations sentimentales  de Sophie Lecarpentier
2015-2020 Qu’y a-t-il à présent ?  de Vanessa Koutseff et Sophie Lecarpentier
2013-2015 Kvetch de Steven Berkoff
2011-2013 Les 3 folles journées de Beaumarchais
2008-2013 L’Epreuve de Marivaux
2007-2013 Le Jour de l’Italienne– Création Collective sous la direction de Sophie Lecarpentier
2009-2010 Pour un oui ou pour un non de Nathalie Sarraute 
2007-2008 Too much Fight (derrière les murs) de Frédéric Cherboeuf / Sophie Lecarpentier
2003- 2007Le fait d’habiter Bagnolet de Vincent Delerm
2001-2003 Patati patatra et des tralalas de Dieudonné Niangouna
2000-2001 LeRencontrées du bel Hasard de Marc Delaruelle
1999 La  tour de Gérard Watkins
1998-1999 La plus haute des solitudes d’après T. Ben Jelloun adaptation Frédéric Cherboeuf et Sophie Lecarpentier
1996-1997 Une année sans été de Catherine Anne

 

Assistanats

2016 – Assistante de Marie Louise Bischofberger-Bondy : reprise hommage de Tartuffe à L’Odéon

2006-10 Assistante de Luc Bondy : La seconde surprise de l’amour – Marivaux et Viol, d’après Titus Andronicus

2013-14 Assistante de Yasmina Reza pour Comment vous racontez la partie ?

2010-12 Assistante d’Edouard Baer pour Miam Miam, puis A la française au Théâtre Marigny

1998-2000 Assistante de Jean-Pierre Vincent : Le jeu de l’amour et du hasard (création aux Théâtre des Amandiers à Nanterre), TartuffeLorenzaccio (Cour du Palais des Papes, Avignon) ; Opéra : Mithridate de Mozart

1997 assistante de Louis Do de Lencquesaing : Après la répétition de Bergman, Théâtre de la Renaissance.

Publications
Musicalité, efficacité, gaieté dans la trilogie de Beaumarchais, Ed. Nizet, 1998.
Article « la fabrication des costumes de théâtre », dans la Revue de la Comédie Française, 1999.
Article « le théâtre du vivant », dans Titouan Congo Kinshasa, Editions Gallimard, 2002.

COMPAGNIE EULALIE
SOPHIE LECARPENTIER

Contact

Social